Thèse sur les collectifs autonomes

Les projets au long court

Thèse (en cours) de Sylvain Picard à l’Institut Interdisciplinaire d’Anthropologie du Contemporain, sous la direction de Mme Catherine Neveu (IIAC, CNRS – EHESS), ED 286, FD : Territoires, Sociétés, Développement.

Il semble que l’action collective prend aujourd’hui un nouveau visage : les petits collectifs autonomes. Des groupes de personnes se constituent ainsi de manière informelle, sous forme associative ou coopérative selon leurs besoins, afin de développer une ou plusieurs activités collectivement.

Montage du chapiteau dans le cadre du festival Bonac Plage

Mon projet de thèse vise à documenter de manière impliquée et ethnographique certaines de ces expériences collectives pour en apprécier les modes d’action et leur volonté transformatrice. En prenant en compte conjointement les dimensions politiques et économiques qui œuvrent et sont travaillées par ces collectifs, il s’agit de questionner leur manière de faire du développement local, leur conception de la solidarité, de l’environnement, la production des savoirs, les liens qu’ils entretiennent avec les institutions ; en somme quel modèle de travail et d’organisation sociale, politique, et économique ils promeuvent, éprouvent et construisent.

Projet de thèse : Les collectifs autonomes : une nouvelle catégorie de l’action collective ? PAR SYLVAIN PICARD

Réunion en cours au Relais Montagnard

Le terrain principal de la thèse est l’association « l’Autruche » qui est en charge de la gestion d’une auberge communale (relais-montagnard.org), dans un fond de vallée des Pyrénées Ariégeoises, depuis le mois de mai 2014. Les activités du Relais comprennent un bar, une épicerie d’appoint, un restaurant et de l’hébergement en dortoirs principalement pour les randonneurs du GR 10. L’association promeut également un développement économique et culturel de la vallée, pour cela elle propose de nombreuses animations au Relais (concerts, spectacles, conférences, ateliers, …), de services de proximité à prix libre (machine à laver, douches, accès internet, imprimantes, …) mais elle met également en œuvre des projets plus conséquent, comme la création d’une cantine scolaire, ou d’une caravane-auberge itinérante.

Le relais montagnard de Bonac (09)

A la marge deux autres terrains sont explorés afin de mettre en perspectives le fonctionnement du premier collectif. Il s’agit d’une part de l’association Dissonances elle-même, et du collectif (yaplusk.org) composé d’urbanistes, d’architectes et d’artistes. Installé à Bagnolet (93) depuis 2014, ce dernier développe des activités architecturales et urbanistiques, en travaillant sur l’aménagement éphémère des espaces publics et mène une réflexion sur les usages que tout un chacun fait de ces espaces. Il promeut aussi le DIY et le DIT (do it together) en publiant des manuels de production de mobilier pour l’espace public.

Construction de mobilier urbain par le collectif YA+K

Publications récentes :
Produire le territoire autrement YA+K et Territoire Pionniers, E. Delprat (dir.), Mars 2017. Récit et réflexions autour d’une résidence d’architectures à Avranches

Le Relais Montagnard, un agencement collectif hybride par sylvain picard

Communication récente :
Avril 2019 : La professionnalisation dans les associations entraîne-t-elle nécessairement un déficit démocratique ? Colloque international Faire des économies démocratiques, avril 2019, EHESS, Paris.

Novembre 2019 : Le Relais Montagnard, Faire durer les épreuves démocratiques. Colloque international du GIS Démocratie et Participation, Novembre 2019, MSH Paris-Nord, Aubervillers.

  • dissonances@riseup.net

A propos de nous

Nous sommes une équipe composée de chercheur.e.s, d’enseignant.e.s, d’animateur.ice.s et d’artistes. On propose des interventions entre apports théoriques et approches participatives, au travers du jeu, du débat, de différents outils issus de l’éducation populaire, des pédagogies alternatives, des pratiques scientifique et artistique.